[Résumé d’article scientifique] Qu’est ce qui fait qu’on est conscient·e (ou pas) du risque climatique ?

Manifestation pour le climat

Suite à la formation du nouveau gouvernement français (Borne – printemps 2022), Jean-Marc Jancovici et ses alliés ont publié une pétition appelant à former les nouveaux ministres aux questions liées au réchauffement climatique et à la transition énergétique. La pétition demande 20 heures de formation minimum.

Je suis évidemment gênée par le fait que l’on puisse construire une formation en donnant un volume horaire plutôt qu’en définissant des objectifs pédagogiques (obligation de moyens et non de résultats). J’aimerais mieux que l’on fasse passer une sorte de TOEFL ou de TOIC du climat à nos ministres, avec en face une obligation de formation si le niveau visé n’est pas atteint.

Mais je trouve que cette pétition donne aussi l’occasion de poser une question : est-ce le manque de formation qui explique le mieux que notre gouvernement ne semble pas concerné par le réchauffement climatique ?

Une étude sur les facteurs qui prédisent notre perception du risque climatique

Je suis enseignante et formatrice, et j’aurais donc envie de répondre oui. Mais comme je suis aussi une chercheuse, je me méfie de mes croyances, et je fais donc un peu de biblio. En croisant les sources, je suis souvent retombée sur l’article de van der Linden publié en 2015 qui interroge notre perception du risque climatique.

4 facteurs pour prédire le risque climatique

L’auteur étudie l’impact de 4 facteurs sur la perception du risque climatique :

  1. Les facteurs socio-économiques
  2. Les facteurs cognitifs (ce que l’on sait)
  3. Les facteurs expérientiels (ce que l’on a déjà vécu)
  4. Les facteurs sociaux (ce que pensent et font les personnes autour de moi)

L’article de van der Linden commence par une revue de la littérature existante. Pour lui, les études antérieures souffraient de plusieurs limites, et en particulier :

  • Une grande partie des études sur les facteurs cognitifs ne sont pas convaincantes car elles demandent aux gens s’ils connaissent bien les enjeux climatiques au lieu de mesurer réellement leur maitrise de ces sujets.
  • La plupart de ces études se situent au niveau de l’individu et donc ne prennent pas en compte les facteurs sociaux, et c’est l’une des raisons pour laquelle il réalise cette étude.

Dans son étude de 2015, il étudie N=808 personnes habitant au Royaume-Uni en leur faisant répondre à une enquête quantitative avec des items questionnant les 4 facteurs ci-dessus ainsi que la perception du risque climatique.

Les résultats

Prédicteur n°1 : mon environnement social (~30%)

Dans cette étude, ce qui compte le plus, c’est mon environnement social. C’est à dire :

  • Ce que font les gens autour de moi (norme descriptive). Je vais être plus sensible au risque climatique si mes amis, mon employeur, mes enfants agissent pour lutter contre le réchauffement climatique
  • Ce que pensent les gens autour de moi de ce que je fais ou de ce que je dis (norme prescriptive). Si c’est mal vu autour de moi de nier le réchauffement climatique, il est plus probable que je sois convaincu de l’existence du réchauffement climatique et des risques associés.
  • Les valeurs qui guident mes actions. Certaines personnes prendront la majorité de leurs décisions personnelles en fonction de ce qui coûte le moins cher, ou bien de ce qui est le meilleur pour la santé, ou pour la planète. Ici, c’est l’importance de la valeur “préservation de la planète” qui est utilisé pour expliquer le niveau de perception du risque climatique.

Au final, dans cette étude l’environnement social explique environ 35% de la perception du risque climatique.

Prédicteur n°2 : l’expérience vécue (~20%)

Dans cette étude, le deuxième facteur prédictif, c’est l’expérience vécue. Si vous avez un jardin et que vous avez souffert des canicules à répétition, ou bien si votre village a subi des inondations, alors vous êtes bien plus conscient du risque climatique que si vous avez juste vu un reportage sur la disparition des ours polaires sur la banquise.

Dans son étude, ce facteur permet d’expliquer environ 20% de la perception du risque climatique.

Prédicteur n°3 : les connaissances (~10%)

Les connaissances (et la compréhension) des enjeux du réchauffement climatique arrivent uniquement en troisième position. Et parmi les connaissances en jeu, celles liées aux solutions et à leur impact potentiel sont celles qui corrèlent le plus avec la perception du risque climatique.

Non prédicteur : les variables socio-démographiques

Enfin, j’ai été surprise de découvrir la très faible incidence des variables socio-démographiques. Le sexe, l’âge ou les revenus ont peu de lien avec la perception du risque climatique.

Quelles conclusions en tirer?

Conséquence n°1 : la formation ne doit pas traiter uniquement de connaissances et de savoir-faire

Ce que je retiens de cette étude c’est d’abord que la solution ne peut pas être uniquement dans la formation. Les actions de sensibilisation au risque climatique doivent :

  • Montrer des personnes “influentes” qui passent à l’action et qui ont un discours engagé sur les enjeux climatiques. Mais il ne faut pas montrer n’importe qui, il faut choisir des personnes qui comptent… Un peu comme dans cette publicité sur le tabac :
Pub : more doctors smoke Camels than any other cigarette
  • Rendre visible le fait que le réchauffement climatique affecte déjà les personnes. On ne parle pas de ce qui arrive aux pauvres ours sur la banquise, mais de ce qui vous arrive à vous, déjà, alors que vous vivez dans un environnement privilégié.

Conséquences n°2 : En formation, il faut surtout mettre l’accent sur les solutions (et non sur les causes du réchauffement climatique)

La plupart des formations que j’ai vu sur le réchauffement climatique se focalisent sur l’explication de l’effet de serre, de ce que peut, ou non absorber l’océan, etc. Au vu des résultats de cette étude, il faudrait surtout axer les formations sur les solutions et sur comment il est possible concrètement d’agir, et avec quelle efficacité.

Le mot de la fin

On le sait : la solution au réchauffement climatique ne peut être uniquement scientifique et technique. De la même manière, les formations que l’on va proposer pour accompagner la transition ne doivent pas être réalisées par des scientifiques ou des experts techniques seuls. Ces formations doivent s’appuyer sur les résultats des sciences de l’éducation et des sciences humaines en général mais aussi, doivent communiquer certains de leurs résultats.

Lorsque l’on sait l’importance de l’environnement social sur les prises de décisions, on se rend compte que l’on a toutes et tous du pouvoir d’agir 💪.

Références :

  • Article de van der Linden, S. (2015). The social-psychological determinants of climate change risk perceptions : Towards a comprehensive model. Journal of Environmental Psychology, 41, 112‑124. https://doi.org/10.1016/j.jenvp.2014.11.012
  • Photo d’illustration : https://www.pexels.com/fr-fr/photo/climat-gens-rue-foule-2990610/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aude Caussarieu (26 mai 2022). [Résumé d’article scientifique] Qu’est ce qui fait qu’on est conscient·e (ou pas) du risque climatique ? Vous avez dit ... dactique? Des sciences. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://ditdactique.hypotheses.org/1081


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search