Qu’est-ce qu’un·e expert·e ?

On m’a récemment demandé mon avis sur les propos d’une personne qui est présentée comme “expert en énergie”. Cette personne a écrit deux livres sur le sujet, et l’argumentation dans le livre semble solide et sourcée pour mon interlocutrice. Alors, qu’est-ce que j’en pense ?

Pourquoi cette question de l’expertise ?

Je sais que je ne sais pas

J’ai appris pendant mon parcours académique qu’on n’est expert·e que de son domaine de compétence, et qu’il est très difficile d’avoir un regard critique dès lors qu’on en sort.

Les travaux sur les biais cognitifs montrent que l’on va facilement trouver logique un raisonnement qui ne l’est pas du point de vue “logique”. On découvre ça enfant avec les sophismes, mais il y a en fait une quasi infinité de biais qui peuvent corrompre la qualité d’un raisonnement. C’est pour cette raison qu’en sciences, quand on veut publier ses résultats, ils sont d’abord relus par d’autres scientifiques qui sont spécialistes du sujet. Seul·es des spécialistes pourront voir nos éventuelles failles de raisonnement ou d’analyse.

Alors j’ai bien écouté 7 ou 8 podcasts avec des scientifiques sur l’énergie et sur la géopolitique de l’énergie (merci Francesco Contino et son génial podcast Exergie). Et donc je sais que je ne suis pas du tout une spécialiste de ce sujet ! Donc je sais que si j’écoute juste une partie de la conférence qu’on m’a demandé d’écouter, je vais peut-être trouver ça très bien alors que ça sera bourré d’erreurs. Ou pas d’ailleurs !

Ça ressemble à de la science, mais est-ce de la science ?

Dans les communautés sceptiques, on donne souvent les caractéristiques qui permettent de repérer ce qui est scientifique, et ce qui ne l’est pas. Comme je l’ai dit dans le paragraphe précédent, en pratique ça ne marche pas. Si on n’est pas expert·e du sujet, il est très difficile de repérer des biais ou des erreurs dans les raisonnements.

Un des critères qui est souvent avancé pour montrer qu’une démonstration est scientifique, ou crédible, c’est de regarder si ce qui est avancé est sourcé. S’il y a des chiffres, et des liens vers d’autres publications. Et c’est vrai que c’est important, car s’il n’y a aucune référence, on ne peut vraiment pas juger de la validité d’un discours. Mais s’il y en a, ça n’est pas suffisant !

Je me rappelle pendant le COVID un site qui ressemblait beaucoup à une méta analyse scientifique. Avec plein plein d’études de citées et une mise en forme qui ressemblait vraiment à un truc scientifique. Comme ce site avait des conclusions contradictoires avec ce que j’entendais autour de moi, j’ai été plus précautionneuse que je ne l’aurais été si les conclusions avaient été dans mon sens (biais de confirmation bonjour). Or donc, je suis allée télécharger certaines des études citées, elles étaient vraies, mais elles étaient citées pour soutenir une affirmation qui contredisait les conclusions de l’article 😱.

Donc qu’il y ait des sources et des citations, bah c’est plutôt bon signe, mais ça n’est pas un signe définitif que c’est un discours sourcé et dans lequel on peut avoir confiance. C’est plutôt dommage d’ailleurs.

Du coup, pour répondre à la question qu’on m’a posée, je vais plutôt commencer mon enquête en me demandant si la personne qui se dit expert·e en énergie mérite d’être crue.

Qu’est-ce qu’un·e expert·e

Et en même temps que je me lance dans mes petites recherches sur internet (qui ne sont donc pas des recherches très scientifiques), je réfléchis : comment j’expliquerai ce que c’est qu’un·e expert·e ? Alors j’ai dérivé et je me suis perdue sur internet comme dit la très bonne Viviane Lalande, et j’ai recherché des papiers scientifiques sur l’expertise. J’en ai trouvé un dont j’ai beaucoup aimé l’intro car elle fait une synthèse intéressante de différents points de vue sur l’expertise. La suite, c’est du management, et donc ça m’intéresse beaucoup moins.

Bootz, J.-P., & Schenk, E. (2014). L’expert en entreprise : Proposition d’un modèle définitionnel et enjeux de gestion: Management & Avenir, N° 67(1), 78‑100. https://doi.org/10.3917/mav.067.0078

Je vais avoir du mal à résumer toute l’intro de cet article, et toutes les subtilités intéressantes entre expertise, expérience, spécialiste, etc. Je fais donc le choix de revenir sur 3 ou 4 points que je trouve particulièrement intéressant pour l’exercice de juger de l’expertise d’une personne (puisque je suis consciente que je ne suis pas capable de juger de la qualité de son discours).

On est expert·e quand on vient nous demander notre avis, et qu’on répond positivement (Roqueplo)

Pour Roqueplo, une personne est une expert·e si on vient lui demander son avis sur un sujet, et qu’elle accepte d’y répondre.

Ma première réaction, c’est de ne pas être d’accord du tout. C’est comme ça qu’on termine avec des tonnes de pseudo-experts qui parlent de tout et de n’importe quoi sur les plateaux TV. Mais en même temps, c’est probablement le but de cette définition 💡. Avoir une définition qui permet d’expliquer pourquoi on appelle ces personnes des expert·es, même quand elles racontent n’importe quoi ou qu’elles parlent bien en dehors de leur champ d’expertise (quand elles en ont un).

Et en suivant cette définition, notre expert en énergie est bien un expert. Il a été invité à BFM-TV et il est cité dans Valeurs actuelles et dans le Figaro.

L’expertise repose sur la légitimité

En fait, l’expertise se distingue de l’expérience ou du fait d’être spécialiste entre autres parce qu’on a une certaine légitimité. Dans la vision proposée par Roqueplo, la légitimité vient du fait d’être interviewé sur les plateaux TV ou d’être cité dans des articles de journaux.

Mais il y a d’autres critères de légitimité comme les titres, l’expérience, ou la reconnaissance par les pairs.

La légitimité des titres

Naturellement, sur les questions de géopolitique de l’énergie, j’ai tendance à faire davantage confiance à quelqu’un qui a une thèse et un poste de chercheuse dans le monde académique qu’à une personne qui a fait carrière dans la vente d’objets d’art.

Du coup, là, pour moi c’est fichu. Comme je ne suis pas experte en énergie et en géopolitique, je ne sais pas juger le discours, et donc je m’arrête au parcours, et là il n’y a rien qui ne me rassure 😬.

Le domaine d’expertise

Mais qu’aurais-je pensé ou fait s’il était marqué que cette personne avait un doctorat ou travaillait comme chercheur au CNRS ?

J’aurais été un peu rassurée, mais je serais quand même allée plus loin. Cest pas mal un chercheur au CNRS, mais si la personne parle en dehors de son domaine d’expertise, son discours ne vaut pas grand chose de plus que celui de n’importe quel citoyen·ne.

Alors mettons que la personne que l’on m’a demandé d’écouter soit chercheuse au CNRS sur le domaine de l’énergie… Est-ce que ça aurait suffit ?

Honnêtement ? Si j’étais plus ou moins d’accord avec ce qui est dit, probablement que oui. Mais si je doute un peu, je vais me rappeler que le titre ne fait pas tout. On peut être recruté à 28 ans sur un poste de maître de conférences, et ensuite dériver vers des travaux qui ne sont plus très scientifiques. Ou changer de domaine sans acquérir pour autant d’expertise dans ce nouveau domaine.

La reconnaissance des pairs

La science est une pratique sociale et la légitimité de l’expertise vient que les membres d’un domaine reconnaissent une personne comme un·e expert·e. Pour moi c’est l’ingrédient le plus important pour trouver des expert·es. Demander à des personnes du domaine de me citer des expert·es !

L’avantage de vivre dans un réseau un peu scientifique, c’est d’avoir accès assez facilement par quelqu’un qui connaît quelqu’un à une personne dans le domaine visé. Je peux alors lui demander : qu’est-ce que vous pensez d’untel ? Ou de cette position ? Et qui sont les personnes publiques que vous écoutez / que vous me recommanderiez de lire dans votre domaine ? Du coup je viens de poser la questions sur mastodon, et je verrais bien ce qu’on me répond !

Pour conclure

J’observe autour de moi qu’il y a en gros 3 tendances :

👉 Les rationalistes, qui ont foi dans le raisonnement.
Ils et elles sont convaincus qu’avec une bonne éducation, on peut chasser toutes les erreurs de raisonnement et se faire un avis sur n’importe quel discours sur n’importe quel sujet.

👉 Les expérientialistes, qui ont foi dans leur expérience.
Ils et elles sont convaincus que ce qui compte, c’est leur vécu et leur perception. Ils écoutent, si ça fait écho à ce qu’iels ont vécu, ils et elles adhérent. Sinon, c’est catalogué comme un autre point de vue sur le monde.

👉 Les légitimistes, qui vont rechercher la validité d’un raisonnement dans la légitimité de la personne qui le produit. Dans cette idée (et je crois que le mot légitimiste n’existe pas 😆), je sais qu’on n’est expert·e que sur son domaine d’expertise et qu’il est impossible de s’assurer de la logique d’un raisonnement dans un autre domaine. Sauf s’il y a d’énormes fautes de raisonnement évidemment !

Moi, je fais plutôt partie des légitimistes, et ça surprend toujours ma maman, qui est plutôt parmi les expérientialistes. Et beaucoup de mes copains physiciens (genrage au masculin intended) sont souvent rationalistes. Et disent parfois de belles bêtises en dehors de leur domaine d’expertise 😆.

Références



Citer ce billet
Aude Caussarieu (2024, 3 mars). Qu’est-ce qu’un·e expert·e ? Vous avez dit ... dactique? Des sciences. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://ditdactique.hypotheses.org/1341

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. David Monniaux dit :

    Ma définition d’expert pourrait être voisine de celle de Roqueplo, mais avec une différence cruciale : est expert(e) sur un sujet une personne à qui des gens compétents dans leur domaine d’activité qui ont de gros intérêts à prendre de bonnes décisions font appel pour éclairer leur décision (“skin in the game”), et qui accepte de leur répondre.

    Les animateurs d’émissions de télévision n’invitent pas des gens pour éclairer leurs décisions, mais pour créer un spectacle, notamment un spectacle susceptible d’attirer des revenus publicitaires.

    À l’inverse, si, par exemple, une société pétrolière fait appel à un expert en forages, c’est qu’elle cherche un avis pour la guider dans une décision avec d’importantes conséquences financières.

    • Aude Caussarieu dit :

      Oui c’est intéressant 🙂. En fait le terme d’expert est polysémique selon ce qu’on veut expliquer / éclairer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search