Retour sur le colloque : “Enseigner les questions environnementales et éduquer au développement durable dans l’enseignement supérieur”

Cette conférence a été organisée par le LDAR, un chouette laboratoire de didactique parisien, et l’institut des défis, et était accessible en distanciel, ce qui était super. J’ai donc pu y assister de mon canapé au nord de Bordeaux.

La conférence d’ouverture : on fait quoi ?

Je suis arrivée un peu en retard à la conférence d’ouverture, le comble quand il s’agissait juste d’arriver jusqu’à mon canapé. Mais bon, le chien à sortir, les chevaux à nourrir, bref, je m’égare.

La conférence de Angela Barthes était assez généraliste : Education au développement durable et questions environnementales : enjeux et perspectives dans l’enseignement supérieur mais j’ai trouvé qu’elle posait des questions super intéressantes.

On enseigne quoi ?

J’ai bien aimé la réflexion de Angela Barthes sur les différentes connaissances qui peuvent être abordées dans les cours / intervention sur les transitions. Je trouve que ça aide à penser ce que l’on veut mettre dans un cours ou dans une intervention, et ensuite, en regard, les modalités pédagogiques qui seront alors adaptées.

J’ai beaucoup entendu parler de la nécessité d’enseigner la complexité ou une approche systémique, mais je dois avouer que ce sont des concepts que je maîtrise mal. Je maîtrise mieux celui d’incertitudes sur lequel j’ai travaillé pendant un certain temps, mais probablement pas au sens des auteurs indiqués ici. Dans tous les cas, j’ai trouvé cette liste de concepts et d’auteurs·trices très intéressante pour aller plus loin dans ma compréhension de ces enjeux.

Un peu plus loin, Angela Barthes nous amène à distinguer différents objets de savoir que l’on peut mobiliser dans ces cours / intervention sur les transitions :

Dans cette diapo, Angela Barthes distingue donc :

  • Les faits scientifiques.
    Ce sont les questions auxquelles on a l’habitude de répondre en cours de sciences : quelles sont les causes et les conséquences physiques du réchauffement climatique ? Quels sont les différents gaz à effet de serre ? Etc.
  • Les politiques institutionnelles
    La justification des ODD n’est pas de même nature que celle des gaz à effet de serre. L’un est le fruit d’un consensus politique quand l’autre est le fruit de la recherche scientifique. Je n’ai pas d’idée bien arrêtée sur comment enseigner les politiques institutionnelles, mais il est certain que ce sera d’une manière différente des faits scientifiques.
  • Les réponses possibles
    Les sphères militantes, citoyennes et politiques proposent des réponses possibles aux enjeux du réchauffement climatique et de notre atteinte de plusieurs limites planétaires. Plusieurs études disent l’importance pour le passage à l’action de ne pas se focaliser que sur les problèmes et les mécanismes, et d’aborder aussi les solutions. Ces sujets ont donc une place dans l’enseignement supérieur, mais sous quelle forme ?
  • Les contextes
    Là, j’ai un peu moins compris ce que voulait dire exactement Angela Barthes. Si vous avez mieux compris, je suis preneuse d’explications !
  • Les hypothèses scientifiques.
    Certains concepts font aujourd’hui l’objet de débats et de constructions dans la sphère scientifique. Peut-on parler d’anthropocène ? Quelles sont les limites planétaires que l’on a bien établies et celles qui sont encore bien discutées ? Ces objets font partie du champ scientifique, mais n’ont pas encore le statut de fait scientifique. C’est la science en train de se faire. Cette science a sa place dans l’enseignement supérieur, mais encore une fois, probablement différemment de ce que l’on fait pour les faits scientifiques.
  • Les réceptions humaines
    Là je suis moins sure de maîtriser ce qui est proposé par Angela Barthes. Il y avait une conférence (Morgane Leray) sur les études littéraires écologiques, et je pense que ce sujet rentre dans cette catégorie. Comment les auteurs parlent-ils de nature en fonction des époques ? Dans la science-fiction ? Ce qui est sur pour moi, c’est que les transitions dont on parle se font par et avec des humains, et que donc il faut aussi les décrire et les comprendre. Et donc ces sujets ont aussi toute leur place dans l’enseignement supérieur.

Quelques points communs à beaucoup de présentations

Un certain nombre d’interventions étaient des retours d’expérience d’enseignements dans différents contextes : universités, écoles d’architecture, instituts de formation des enseignant·es…

Les étudiant·es pensent déjà savoir

Un premier point qui ressort de plusieurs expérimentations est que les étudiant·es pensent déjà savoir beaucoup de choses avant le cours.

Les étudiant·es le disent dans les enquêtes faites avant les cours ou à leurs enseignant·es. Et c’est vrai qu’aujourd’hui quand on arrive dans le supérieur, on a déjà entendu parler de ce sujet tellement de fois au cours de sa scolarité. Déjà il y a 20 ans j’avais l’impression que la moitié de mes cours d’anglais portaient sur le thème de l’environnement ou du développement durable.

Pourtant, les enseignant·es constatent que les étudiant·es savent peu. En fait, les étudiant·es ont beaucoup entendu parler de ces sujets, mais ils n’ont pas appris beaucoup pour ces sujets. En effet, pour apprendre sur un sujet, il faut faire, ou dire, et recevoir un feedback. Or quand on lit un journal, quand on regarde une vidéo sur internet, on reçoit de l’information, mais on ne “fait” pas, on ne pense pas par soi même. Et donc on n’apprend pas.

Les enseignant·es mesurent ce que les étudiant·es savent / ont compris dans des enquêtes déclaratives

J’ai été assez surprise de voir que souvent les enseignant·es, voir même des équipes de recherche, mesurent ce que les étudiant·es savent par des enquêtes déclaratives avec des questions du type :

  • Qu’est-ce que vous savez déjà sur l’environnement ?
  • Qu’est-ce que vous avez appris dans ce cours ?

Souvent les étudiants répondent à ces questions avec juste des thèmes : “le climat”, “la fonte des glaces”, et parfois avec une phrase, ce qui permet de voir un peu mieux ce qui est compris. Un enseignant raconte par exemple qu’un étudiant dit avoir appris grâce à l’intervention qu’on achetait chaque année 4 tonnes de vêtements par personne. Alors que ce chiffre n’était pas donné lors de l’intervention, et que la valeur est plutôt autour de 10 kg 😬. Bref, les enquêtes déclaratives sur ce qu’on a appris, c’est un tout petit mieux que rien, mais c’est quand même très loin d’un instrument de mesure efficace.

Pour voir ce que les étudiant·es ont compris, je préfère leur demander d’expliquer quelque chose avec leurs propres mots. En plus comme ça, ensuite je peux réutiliser les explications pour construire un QCM 😇.

Il faut aller du général vers le local

Plusieurs interventions, dont celle de Régine Dondon Zou, Enseignante de chimie en Guadeloupe, insistent sur l’importance de relier les formations aux enjeux locaux : quels sont et seront les impacts sur un territoire insulaire comme la Guadeloupe ? Quelle particularité de la biodiversité en Guadeloupe etc.

Un autre des intervenants expliquait ne pas croire aux approches massives qui toucheront tous les étudiant·es de gros campus de la même manière. Il plaidait pour des approches à plus petite échelle qui seront probablement plus “écologiquement valides” (c’est moi qui utilise cette expression). Je retrouve aussi dans cette veine la politique de l’université de Nantes qui cherche à identifier les cours qui existent déjà à petite échelle et qui pourront être labellisés dans la nouvelle accréditation. Ils ne proposeront l’option “massive” qu’aux étudiant·es pour lesquel·les aucune alternative n’existe dans les cursus.

On veut enseigner autrement

Cette idée qu’il est évident qu’il faut enseigner autrement revient souvent dans les colloques d’enseignant·es. Et cette idée n’est pas complètement soutenue par la recherche, surtout quand le autrement est très souvent un serious game ou un enseignement par projet.

Je trouve super intéressant de se poser la question de la forme pédagogique, vu que c’est l’un des critères de l’alignement pédagogique. Mais il s’agit alors d’aligner la forme pédagogique avec les objectifs pédagogiques. Et le truc dont on n’a pas beaucoup entendu parler, ce sont des objectifs pédagogiques clairs avec un verbe d’action tout ça (et je suis mauvaise langue, car c’était présent dans quelques présentations).

Beaucoup d’enseignant·e ont exprimé le besoin d’enseigner autrement, la satisfaction d’enseigner autrement. Et ça me ravit. Mais j’aimerais que pour ça on s’appuie davantage sur les connaissances produites en sciences de l’éducation. Surtout dans l’enseignement supérieur. Il y avait une présentation de l’équipe de Montpellier sur les cartographies des controverses qui avait vraiment une démarche scientifique dans la conception et l’évaluation de l’intervention, et ça c’était super intéressant !

On ressent une dissonance entre le contenu des cours et l’institution dans laquelle on enseigne

Plusieurs intervenant·e·s ont mentionné la dissonnance qu’il y a entre faire un cours sur les transitions, parler de futurs plus sobres, et continuer la recherche et l’université comme si de rien n’était.

Certain·es organisent des conventions citoyennes ou des actions pour transformer l’université, un peu. D’autres modifient leurs enseignements. J’ai beaucoup aimé l’intervention de Yu Zhou qui enseigne la RSE dans une école d’ingénieurs. Elle a un public très hétérogène et pas ultra motivé. Elle a donc cherché à mettre en place une pratique pédagogique qui s’inspire de la théorie des parties prenantes en intégrant les élèves à la gouvernance du cours. Elle consacre donc les 15 premières minutes de chacun de ces cours à une discussion sur la gouvernance du cours. Je serai curieuse d’en savoir plus sur comment elle fait, mais j’ai trouvé l’idée super chouette !

Conclusion

L’exercice de résumer ce que j’ai appris / retenu de cette journée de colloque m’aide à voir la richesse de l’évènement. J’ai l’impression d’avoir eu moins d’idées sur comment mener ces enseignements que lors de la conférence ETES 2023, mais pour autant, j’ai eu quand même plein d’éléments pour nourrir ma réflexion sur ces sujets, donc c’est génial !

Pour aller plus loin



Citer ce billet
Aude Caussarieu (2024, 1 mai). Retour sur le colloque : “Enseigner les questions environnementales et éduquer au développement durable dans l’enseignement supérieur” Vous avez dit ... dactique? Des sciences. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://ditdactique.hypotheses.org/1448

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search