[Lecture] La riposte – Meirieu

Lecture de rentrée : un petit livre jaune, la riposte de Philippe Meirieu.
Pour moi, Philippe Meirieu, c’était un peu le monsieur pédagogie qui fait aussi de la recherche en sciences de l’éducation. J’avais déjà lu un livre de lui, je ne me souviens plus trop ce qui était dit, juste que les phrases étaient souvent trop longues. Et je ne savais pas trop sur quels sujets avaient portés ses travaux de chercheur.
Mais la promo du livre sur les réseaux sociaux m’a donné envie de le lire. Je l’ai acheté, je l’ai lu. J’ai apprécié le fond de l’ouvrage, j’ai appris des choses, mieux compris mes positions dans le débat actuel sur l’école. Mais j’ai eu beaucoup plus de mal avec la forme. Je ne suis pas habituée à ce style « édito » et je suis convaincue que ce type d’écrit ne peut être lu que par une personne déjà convaincue. Toute personne ne pensant pas comme l’auteur se sentira moquée ou dénigrée, c’est dommage.

Une remise en perspective des débats actuels autour de l’école

J’ai une formation initiale en physique, et après ma thèse j’ai fait un master 2 d’histoire, philosophie et didactique des sciences. Je n’ai donc pas de formation généraliste en sciences de l’éducation, et ma culture en pâtit. J’ai désormais une assez bonne vision d’ensemble des travaux autour de l’enseignement des sciences mais je connais mal le reste des sciences de l’éducation. Je connais quelques travaux de sociologues de l’éducation, quelques travaux de philosophes de l’éducation, mais je connais très mal l’histoire de l’éducation. De ce point de vue, j’ai beaucoup apprécié la lecture de ce petit ouvrage qui remet en perspective les débats actuels autour de l’école.

Pour Philippe Meirieu, l’école publique est menacée par les deux bouts : par les conservateurs qui rêvent d’un retour à une école exigeante, où les élèves écoutent sagement le maître, où l’on enseigne le latin et l’allemand, la physique et les mathématiques. De l’autre bout, par celles et ceux qui croient que chaque enfant est un être unique et exceptionnel qui mérite une pédagogie différente de ce qui se fait dans l’école publique et qui respecte les besoins, les envies et le développement « naturel » de l’enfant. De ces deux bouts, ces parents sont convaincus que la réussite de leur enfant passe par sa scolarisation dans le privé. Privé classique, ou nouvelles écoles privées comme les écoles Montessori.

Dans cet ouvrage, Philippe Meirieu montre les limites de ces deux écoles fantasmées : l’école traditionnelle et l’école nouvelle.
Si l’école telle qu’elle est actuellement pose nombre de questions légitimes, la sortie par le haut ne peut être un système scolaire à deux vitesses, avec des écoles privées pour les classes sociales aisées et un système délaissé pour les classes sociales les plus défavorisées. Ce serait en plus se priver de l’un des objectifs de l’école (Dewey) : permettre aux uns et aux autres de se connaître pour que la société de demain soit plus démocratique. Une sortie par le haut est une amélioration de l’école publique – pour tous – en s’appuyant sur les nombreuses expériences positives ainsi que sur les travaux des recherches en sciences de l’éducation.

Neurosciences et sciences de l’éducation

Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Philippe Meirieu montre en quoi il est mauvais de penser que les neurosciences sont les sciences de l’éducation de demain. S’il est sur qu’elles appartiennent aux sciences de l’éducation d’aujourd’hui, les autres méthodologies leur seront toujours complémentaires. L’apprentissage n’est pas une mécanique simple, il est nécessaire de regarder ce qu’il se passe dans la classe, sur le terrain, pour comprendre!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search