9 règles pour parler comme un scientifique (et n’intéresser personne)

J’ai rien compris à ce que le prof de physique a dit…

On a souvent tendance à penser que les difficultés à comprendre ce que dit un scientifique proviennent uniquement du fait que l’on utilise en science un vocabulaire spécifique, mal connu du grand public.

Les chercheurs en sciences de l’éducation ont évidemment cherché à comprendre d’où venaient ces difficultés. Les didacticiens et les cognitivistes ont montré qu’une source de difficulté était que les élèves, les gens, possèdent des connaissances sur le monde qui sont différentes de celles que le prof veut enseigner. Quand ces différences ne sont pas explicitées, cela donne lieu à des quiproquos ou des incompréhensions.

Mais ce que les linguistes ont aussi montré, c’est que la structure même du langage scientifique est différente du langage utilisé dans la vie de tous les jours. Dans la vie de tous les jours on parle de gens qui font des choses à d’autres gens ou à des objets. On parle en mettant un contexte (j’étais hier au magasin… ) et des émotions. On utilise des analogies, les mots ont un sens un peu lâche, et on fait des phrases plutôt courtes, quitte à être un peu imprécis : le contexte permet de comprendre. À l’inverse, le langage scientifique est dépersonnalisé, il n’y a pas d’agentivité (personne ne fait ou ne veut) et on utilise souvent la forme passive. 

Les règles implicites du discours scientifique

Jay Lemke est un physicien qui s’est intéressé à l’enseignement des sciences avec les outils des socio-linguistes. Il a étudié un grand nombre de cours de sciences pour construire un certain nombre de règles qui caractérisent le discours du prof de sciences.

Pour Lemke, parler comme un scientifique tel qu’un élève peut le percevoir, c’est respecter les règles suivantes :

  1. Formuler les choses de la manière la plus explicite et universelle possible.
    1. Des formulations comme : « ça agit sur ça » seront reformulées : « le ressort agit sur la masse » par exemple.
    2. Le présent sera préféré aux autres temps qui contextualisent le propos
  2. Parler à l’oral avec un langage proche de celui utilisé à l’écrit : éviter le langage familier, ne pas hésiter à utiliser des phrases très longues à l’oral.
  3. Utiliser les termes techniques et non les termes familiers : dire H20 à l’oral et non de l’eau par exemple lorsque l’on décrit une réaction chimique
  4. Éviter toute personnification : éviter de dire :
    • En montage de physique à l’agrégation, je reprends souvent les candidats pour qu’ils ne disent pas « mon GBF » mais « le GBF »
    • En effet, quand j’enseigne j’évite de dire : « le proton veut aller vers … » J’essaie de dire plutôt : « le proton est attiré vers … »
  5. Éviter les métaphores, les jugements de valeur et l’humour.
    • Alors ça je sais que je le fais souvent, mais que je sais qu’il faut que ça soit en petite quantité, et j’ai en effet le sentiment de transgresser un peu les règles quand je le fais…
  6. Être sérieux et digne en évitant le sensationnalisme.
    • J’ai l’impression de retrouver ça dans les critiques par nombre de collègues sur les exposés/séminaires qui sont trop « à l’américaine ». Qui ne font pas assez « scientifique » en fait.
  7. Dépersonnaliser le discours en évitant de faire référence à de « vraies personnes qui ont produit les connaissances scientifiques actuelles ».
    • Si l’on retrouve une tendance à insérer un peu d’histoire des sciences dans les cours, on montre en général un seul aspect des sciences : la découverte.
    • Les enseignants et les chercheurs ont en général du mal à reconnaître la part de subjectivité inhérente à l’activité scientifique. Dans le cadre des incertitudes de mesure, la majorité des enseignants souhaiterait qu’il existe une bonne façon universelle d’estimer les incertitudes de mesure. Et ce n’est juste pas possible!
  8. Éviter les références à la fiction ou à la science-fiction
    • En cours de sciences, on ne discute que très rarement ce qui se passe dans les livres, films, séries… En fait, plus généralement on parle peu de la vraie vie. L’auteur illustre cette règle par un extrait de cours dans lequel un enseignant fait référence à un film de science-fiction, ce qui provoque une réaction de type « rupture de contrat » chez ses élèves.
      J’ai cependant l’impression que les enseignants-chercheurs valorisent au contraire cette mise en relation « avec la vraie vie ».
  9. Utiliser un fil conducteur causal (ceci entraine cela) et non narratif. Éviter la sensationnalisation du propos (comme dans la presse).

C’est grave docteur?

Jay Lemke et son équipe ont étudié l’effet du langage sur l’engagement d’une classe de sciences. Ils ont montré que pour un enseignant, rompre les règles du discours scientifique augmente très fortement la probabilité d’avoir une classe globalement attentive et impliquée.

Ils ont ainsi observé une classe de sciences de niveau lycée pendant plusieurs séances et ont noté l’engagement des élèves en distinguant 3 niveaux d’engagement : niveau normal (70 à 80% des élèves sont attentifs) ; niveau faible (30 à 40% des élèves sont attentifs) et niveau élevé (90 à 95% des élèves sont attentifs au cours). Ils ont aussi noté le type de langage utilisé par l’enseignant : scientifique (au regard des critères décrits précédemment) ou plus familier (quand il y avait rupture par rapport aux règles décrites précédemment).

Ils ont observé que quand l’enseignant utilisait un langage « scientifique » il avait 20 à 25% de chances que ses élèves soit à un niveau élevé d’attention alors que lorsqu’il ne suivait pas les règles, il avait alors 90% de chances que ses élèves soient à un niveau élevé d’engagement (Lemke 1983). 

Conclusions

Cette lecture m’évoque 3 conclusions :

  1. Je pourrais davantage expliciter les codes du langage scientifique aux à mes étudiants pour les aider à rentrer dans le moule et donc à réussir mieux leurs examens. En particulier pour les concours formels comme ceux du CAPES ou de l’agrégation
  2. Ces résultats sont intéressants pour un.e enseignant.e de sciences : il y a de bonnes raisons de s’éloigner du « style » scientifique pour gagner l’attention de la classe, et probablement favoriser les apprentissages. Pour les étudiants qui poursuivront en sciences, il est néanmoins nécessaire qu’ils puissent se familiariser et s’entraîner à « parler comme un.e scientifique ».
  3. Je me demande dans quelle mesure ce langage est proche, ou non, du langage utilisé par les chercheurs lorsqu’ils communiquent entre eux de manière formelle (conférences, séminaires, publications) et informelle.

Références

Lemke, J.L. (1983). Classroom communication of science. Final report to the U.S. National Science Foundation. (ERIC Document reproduction service No. ED 222 346)
Lemke, J. L. (1990). Talking Science: Language, Learning, and Values. Ablex Publishing Corporation, 355 Chestnut Street, Norwood, NJ 07648


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marc Nagels dit :

    Bien sûr que dans les colloques ces règles s’appliquent à l’oral. C’est ce qui fait une bonne communication… Mais il se trouve que nous sommes dans l’entre soi de la communauté scientifique.
    Merci pour ces réflexions bien vues 😉

    • Aude Caussarieu dit :

      🙂
      Je dirais qu’en colloque scientifique une bonne communication rompt de temps en temps ces règles avec un peu d’humour, ou de lien à la vie de tous les jours ou un peu de personnification. Mais que pour avoir l’air sérieux il faut respecter ces règles la majorité du temps…
      Et puis je pense comme vous que la majorité de ces règles (surtout celle sur la précision du discours) sont nécessaires pour se comprendre lorsque l’on parle de sciences!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search