Retour d’expérience et recherches en éducation

Filmer les cours en amphi, quel intérêt pour les étudiants?

C’est le titre d’un article de The Conversation, une association dont la mission (sic) est : d « éclairer l’actualité par de l’expertise fiable, fondée sur des recherches. » Des journalistes scientifiques accompagnent régulièrement des chercheurs pour publier des textes de vulgarisation, sur les travaux des chercheurs. Et c’est une très bonne chose!

Mais « filmer les cours en amphi, quel intérêt pour les étudiants? ». Ce titre, dans ce média. Je m’attendais à un éclairage sur la pédagogie du supérieur fait par des experts des recherches en éducation. Et j’ai été déçue.
Pas que ce qui est raconté soit inintéressant. Un retour d’expérience c’est toujours intéressant. Mais parce que ce n’est absolument pas un article écrit par des chercheurs en sciences de l’éducation. Alors je profite de l’occasion pour faire une petite mise au point sur les différences entre un retour d’expérience, et un travail de recherche en sciences de l’éducation.

Des différences entre recherches en éducation et retours d’expérience

Si vous ne l’avez pas lu, cet article relate une innovation pédagogique menée dans une filière qui doit faire place à un très grand nombre d’étudiants et qui du coup répète un cours en amphi deux fois à la suite. L’idée de l’équipe pédagogique était de filmer le premier cours en amphi et de le rendre disponible en replay pour les étudiants, en espérant que ceux-ci soient alors moins nombreux en cours, mais pas trop. Résultat : 82% des étudiants continuent à suivre le cours en amphi, en présentiel. Et 61% de étudiants disent utiliser les vidéos en complément du cours.
Les auteurs de l’article, enseignants de biochimie, font donc évoluer l’objectif de ces vidéos en ligne : les cours en ligne serviront donc à aider les étudiants à réviser. Résultat : si 85% des étudiants déclarent avoir trouvé ces vidéos utiles, 53% de étudiants n’ont pas utilisé ces vidéos dans leur révision. Elles les ont juste rassurés. Les enseignants concluent que les pratiques des étudiants ont transformé leur projet. 

Pourquoi ce n’est pas de la recherche en éducation?

Ce retour d’expérience partage quelques points communs avec une recherche en éducation : le texte parle d’enseignement, des faits sont relatés, des chiffres sont donnés, et c’est l’œuvre d’enseignants-chercheurs. Oui, mais.

  • Mais il s’agit en fait d’une expérience individuelle. Les chiffres donnés, les moyennes calculées rendent moins visible le fait qu’il ne s’agisse que d’une expérience individuelle. Une recherche en éducation pourrait porter sur l’étude d’un unique cas. Mais il s’agirait alors d’une étude de cas qui serait probablement exploratoire et qualitative.
  • Les recherches en éducation, comme toutes les recherches, s’appuient sur une analyse de la bibliographie. Ici on ne sait pas si ce genre d’expérience a déjà été menée. Est-ce surprenant que la majorité des étudiants préfère rester en amphithéâtre? 180 à 350 connexions pour chaque vidéo sur 450 étudiants dans une promotion : est-ce peu ou est-ce beaucoup? Comme toute mesure, ces nombres ne prennent sens qu’en comparaison à d’autres nombres, de même nature.
  • Les recherches en éducation, comme toutes les recherches en sciences humaines, reposent sur une problématisation, une question à explorer, à résoudre. Ici les auteurs se demandent en début d’article quelle proportion d’étudiants va préférer le cours en vidéo (seul) au cours en présentiel. Leur article répond à cette interrogation par un chiffre : 14%. On ne sait pas quelle valeur accorder à ce chiffre : sera-t-il le même l’année suivante? Serait-il le même dans un autre contexte (autres enseignants plus ou moins charismatiques, autre public étudiant – plus ou moins scolaires/motivés, autre lieu d’étude plus ou moins difficile d’accès? autre matière enseignée?) Et pourquoi ce chiffre? Une étude qualitative aurait par exemple permis d’identifier des déterminants, des raisons pour comprendre ce chiffre de 82% d’étudiants qui continuent à préférer suivre le cours en amphi.

Il ne s’agit donc pas de la vulgarisation d’un travail de recherche en éducation, mais d’un témoignage d’enseignants-chercheurs sur leur pratique. Évidemment que ces témoignages ont de la valeur. Ils peuvent donner des idées à d’autres praticiens, rassurer sur le fait que l’on rencontre les mêmes difficultés, contribuer à la professionnalisation des enseignants-chercheurs. Mais ce ne sont pas des travaux d’experts des questions éducatives dans l’enseignement supérieur. Et ce n’est pas vraiment éclairant comme on pourrait l’attendre d’un article sur The Conversation.

Pour comparer, et si le sujet du podcast des cours en amphi vous intéresse, je vous conseille cet article de recherche publié dans la revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur : Enseignement transmissif, apprentissage actif : usages du podcasting par les étudiants universitaires.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search