[Méridiennes] D’autres manières d’enseigner

Aujourd’hui avait lieu la méridienne du mois de février à l’UF de physique. Une quinzaine de collègues sont présent.e.s. Le thème : l’enseignement ailleurs qu’à l’université de Bordeaux. Qu’avez-vous vu ? Que connaissez-vous ? Que pourrait-on en retirer comme enseignements ?

Les polys de cours

Premier thème abordé : les textbooks utilisés dans les universités américaines, et qui contrastent avec nos polys de cours. Nos polys sont vendus autour d’un euros aux étudiants, et si on utilise des ressources, c’est gratuitement sur Moodle. À l’inverse, dans les universités anglo-saxones, les étudiants achètent des ouvrages assez chers (qui existent parfois sur le net mais c’est mal et il ne faut pas le dire) et paient un droit d’accès à une plateforme numérique qui permet d’accéder à des quiz et à des ressources numériques.

Ces discussions sont l’occasion de se demander à quoi servent nos polys de cours ? D’abord, c’est l’occasion pour l’enseignant qui récupère une UE de faire le point, de synthétiser ses lectures sur le sujet et d’en donner un angle un petit peu original. Et du coup l’enseignant trouve rarement un livre qui couvre exactement le programme avec le même angle que celui qu’iel a choisi. Deuxième intérêt : pour les UE à fort effectif, le poly de cours permet de fournir un « tout-en-un » qui facilite l’arrivée des nouveaux enseignant.e.s. Le poly permet aussi de s’assurer que tous les groupes d’étudiant.e.s ont à peu près le même contenu d’enseignement. Enfin, pour les étudiants, le poly de cours est souvent un document qui sera conservé plusieurs années et qui leur servira de référence.

Pourquoi questionner l’usage des polys de cours ? La question a été rapidement abordée. Tout d’abord, nos étudiant.e.s ont du mal à hiérarchiser l’information et à savoir ce qu’i.elle.s doivent retenir de ces polys très denses (très « protéinés » comme l’a dit l’un des enseignants ^^). Ensuite, les étudiant.e.s sont très demandeurs.ses de ces polys, mais se plaignent ensuite quand le cours magistral de l’enseignant.e consiste à recopier ce poly au tableau, puisque dans le poly est inscrit le contenu de l’enseignement qu’il souhaite transmettre. Les enseignant.e.s mettent du coup en œuvre plusieurs stratégies pour satisfaire les étudiant.e.s : faire un poly à trous, raconter une histoire différente de celle qui est racontée dans le poly (la même chose sous un angle différent), compléter avec un power-point et des démonstrations non exigibles au tableau.

Quel avantage au text-book? L’un des premiers avantages, or le fait de ne pas avoir à réécrire un poly de A à Z, c’est d’avoir accès à des documents et des ressources numériques. Il est alors possible d’avoir directement des quiz pour tester que les étudiant.e.s ont lu un chapitre de livre (par exemple pour de la classe inversée), d’utiliser des quiz de réflexion en amphi et d’avoir des exercices en nombre avec les corrigés.

Le cours magistral

De la discussion ont émergées deux difficultés techniques liées au cours magistral classique : 1) les étudiant.e.s ne savent plus prendre de notes, et ça ne sert à rien de leur faire recopier un cours qui existe à l’identique dans un poly. Alors que faire en cours ? Qu’est-ce qui se fait ailleurs ?

Plusieurs enseignants ont raconté comment se déroulent les enseignements dans plusieurs universités anglo-saxonnes. Les enseignant.e.s demandent aux étudiant.e.s de lire certains paragraphes / chapitres du textbook. Une évaluation en ligne permet de s’assurer que le travail a été fait. Le cours en amphi est ensuite utilisé pour faire un travail par petits groupes ou bien pour faire des quiz qui travaillent la compréhension de la physique. Un enseignant présent a testé de faire un peu de classe inversée dans son cours de L2, lors de l’évaluation les étudiant.e.s ont surtout dit que ce qu’ils avaient apprécié c’était la variété des méthodes utilisées. En parlant des vidéos de cours, qui permettent aux étudiants de faire « pause » pendant les démonstrations, nous avons parlé d’un de mes collègues lyonnais qui fait cours sur une tablette graphique géante. Il enregistre tout son cours et le met à disposition des étudiant.e.s sur le portail pédagogique. Il observe que cela ne fait pas fuir ses étudiant.e.s et que cela diminue leur stress. Cela corrobore les résultats de cette expérience relatée sur le site The Conversation : https://theconversation.com/filmer-les-cours-en-amphi-quel-interet-pour-les-etudiants-106553

Nous avons fini la séance en parlant un peu d’évaluation : comment faire pour évaluer quand les étudiant.e.s sont prêts et pas juste à heure fixe ? Rendez-vous est pris, la prochaine fois le thème sera l’évaluation !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search