Transmettre des sciences

Transmettre des sciences, ou enseigner des sciences, c’est un peu la même chose non? Ahhh mais pas du toooouuuuut vous dira le didacticien !

caricature enseignement transmissif
L’enseignement futuriste : une caricature du modèle transmissif de l’enseignement

Le modèle transmissif de l’apprentissage

En fait, quand on dit « transmettre des sciences », on utilise une analogie matérialiste : le savoir est un objet, un truc, que l’on peut transmettre à quelqu’un d’autre. Je sais quelque chose, je te le passe, tu sais là même chose. Et si tu ne le sais pas, c’est que tu as mal écouté, ou bien que du bruit est venu perturber la communication. On modélise alors l’enseignement et l’apprentissage comme Shannon modélise la communication. Un message est encodé par un émetteur, et décodé par le destinataire. S’il n’y a pas trop de bruit, et que l’émetteur et le destinataire dispose du même langage, alors il y a transmission du message ; il y a transmission des sciences.

Modèle de Shannon de la communication

L’intérêt du modèle de Shannon est d’attirer l’attention sur la nécessité de parler un langage commun pour que la communication puisse efficacement se faire. Ce travail sur la mise en forme du message est commun à l’enseignant.e, au journaliste scientifique ou au/à la médiateur/trice. Il s’agit probablement d’une condition nécessaire aux apprentissages, ou en tous cas facilitante, mais cette condition est rarement suffisante.

Une des critiques du modèle transmissif

L’élève : de la tête vide à la tête bien pleine

Les chercheurs et les chercheuses en sciences de l’éducation ont étudié les situations d’enseignement et d’apprentissage depuis plus d’un siècle. Ce qu’il ressort de leurs travaux, c’est que ce modèle transmissif de l’apprentissage passe à côté d’un élément essentiel : la personne qui apprend sait déjà des choses. On ne peut pas modéliser l’élève par un contenant vide prêt à apprendre. Cela semble évident dit comme cela, et pourtant… S’il suffisait d’écrire sur un nouveau cahier dans la tête de l’élève, alors comment expliquer que certains apprentissages soient beaucoup plus difficiles que d’autres pour les élèves ?

Les raisonnements quotidiens

Les didacticien.ne.s des sciences ont par exemple montré que nous construisons dans la vie de tous les jours des raisonnements qui nous permettent d’expliquer le monde, mais qui sont en contradiction avec les raisonnements scientifiques.

Un premier exemple tout simple. Je suis une enfant, et un poisson, c’est un animal qui nage dans l’eau. Un mammifère c’est un animal avec des poils qui marche sur la terre (ou à la rigueur sur la banquise, vive l’ours polaire). Et puis arrive la baleine. Zéro poils (les fanons de la bouche ne comptent pas il parait), elle passe sa vie dans l’eau, elle ressemble à un gros poisson, et ce n’est pas un poisson. OK. Mais pourquoi ? Ah, elle accouche de bébés baleineaux qu’elle allaite, et c’est ça le critère. OK. Je réorganise donc inconsciemment ce qui est dans ma tête, je teste pour voir si la nouvelle clé de rangement marche bien. Je me ferai encore avoir quelques fois, et je trouverai que l’ornithorynque est définitivement un animal très marrant.

En physique…

Dans la vie de tous les jours, dans les situations où les frottements entre objets jouent un rôle important, j’ai appris qu’il fallait que j’exerce une force pour qu’un objet ait une vitesse. Quand j’arrête de pousser un meuble, le meuble arrête de bouger. En classe de physique on m’apprend l’inverse : il faut une force pour faire varier la vitesse, et en l’absence de force, les objets ont une vitesse constante. Aujourd’hui je suis physicienne, je sais expliquer les phénomènes de la vie quotidienne avec les raisonnements de physique, je sais aussi quand mon raisonnement quotidien est suffisant, même s’il n’est pas juste (pour un.e physicien.ne). Mais ce n’est pas un enseignant qui une fois m’a transmis ce savoir. Je l’ai construit petit à petit, du lycée à mes préparations de cours, en passant par la préparation à l’agrégation. En résolvant des exercices, des problèmes, et en expliquant à mon tour… Et comme ce processus n’est absolument pas capturé par le modèle transmissif de l’enseignement, ce modèle ne permet pas non plus de guider l’action de l’enseignant de sciences.

D’autres modèles de l’apprentissage

On dispose aujourd’hui de plusieurs modèles de l’apprentissage : behaviorisme, cognitivisme, constructivisme, socio-constructivisme… Tous ces modèles se sont construit en opposition au modèle transmissif de l’apprentissage. Enseigner ce n’est pas livrer un savoir à un élève. Ensuite, chacun de ces modèles met l’accent sur un ou plusieurs aspects des phénomènes d’enseignement-apprentissage : la motivation, les différents types de mémoires, l’activité de l’élève, le rôle des pairs…

Si vous voulez creuser un peu la question, j’avais beaucoup aimé pendant le master la lecture de « Psychologie de l’éducation » de Marcel Crahay aux PUF :-).


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. lechanet dit :

    Et quid des apprenants présentant des troubles cognitifs? il peut alors manquer la prise en compte de certains critères liés aux dysfonctionnements impactant certaines fonctions….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search