Fenêtre sur cours

Être petite souris, et observer les collègues travailler…

Il y a quelques années à une réunion pédagogique inter-universitaire, j’ai découvert un dispositif mis en place par l’université de Nantes (?) pour former ses enseignant.e.s : leur permettre par binôme d’aller s’observer mutuellement, sans rapport hiérarchique (il n’y a pas de tuteur ni de tuté), avec une reconnaissance de l’investissement dans un dispositif de formation pédagogique. J’ai été épatée qu’une fac reconnaisse ce type de dispositif, et ait osé l’implémenter. Quand j’en ai parlé à mon retour dans mon établissement, on m’a un peu ris au nez. Pfff, les enseignant.e.s vont prendre ça plutôt que des vraies formations et ils feront juste leurs mails dans la salle de classe d’un.e autre prof. Et puis c’est bon, tout le monde a été étudiant donc connait ce qu’il se passe depuis les bancs de l’amphi. Quel manque de confiance dans le personnel enseignant… Et quel manque de compréhension des mécanismes qui font qu’on ose essayer de nouvelles modalités pédagogiques, qu’on prenne confiance, qu’on réfléchisse à ses pratiques.

J’ai eu la chance d’aller régulièrement dans les classes de mes collègues : au collège, au lycée, au lycée pro, et même au primaire. J’ai pu poser mes questions bêtes à une collègue super forte en gestion de classe. J’ai pu observer des collègues expérimentés mener des séquences que j’avais conçues, et observer des gestes professionnels auxquels je n’aurais pas pensé. Ainsi, avant les vacances je suis allée avec un collègue en lycée techno et nous avons essayé une activité que nous avions conçue ensemble. En général je fournis un corrigé qui est disponible à la table de l’enseignant.e pour que les élèves puissent travailler le plus possible en autonomie et nous solliciter uniquement quand nous apportons une plus-value sur la photocopie. En général je donne une correction super détaillée. Et là mon collègue n’a donné que les résultats, forçant les élèves à retourner à leur place pour essayer de nouveau quand ils s’étaient trompés. Je n’avais pas pensé que l’on pouvait faire comme ça, c’est une bonne idée. Cette pratique a ses avantages (les élèves cherchent davantage) et ses inconvénients (il faut ensuite corriger au tableau pour s’assurer que tout le monde arrive au bon résultat par une méthode correcte, pas de double erreur qui ne se compense ^^).

Et à la rentrée des vacances, ce sera l’inverse. Deux collègues enseignants-chercheurs de chimie vont venir assister à un de mes TDs de maths pour la chimie. Peut-être j’irais aussi les voir. En tous cas ce sera une chouette occasion de partager, de rendre la monnaie de la pièce, d’avoir leur avis et leurs remarques sur ma pratique, et probablement de m’améliorer encore un peu.

Les collègues du secondaire ont su s’organiser pour ouvrir leurs classes lors de la semaine de la classe inversée. Des collègues du supérieur le font car “l’occasion fait la laronne”. C’est vraiment super. Je crois que je vais proposer cette idée aux collègues du supérieur à la prochaine méridienne, et peut être on pourra faire une semaine de classe ouverte à l’université de Bordeaux ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search