Merci les sciences humaines !

Et oui, c’est grâce aux sciences humaines que j’ai pu répondre hier à Samuel, 9 ans, sur comment ça marche la force centrifuge (écouter le podcast à partir de 9′ en cliquant ici).

Merci le féminisme

Il y a quelques jours, j’ai reçu un message d’Hélène Corbie, journaliste et co-réalisatrice du podcast “maman j’ai raté l’actu” qui me demandait si je pouvais répondre à la question de Samuel, 9 ans. Et ma première réaction, ça a été de me dire : “Une question de mécanique, pour les enfants, mais c’est une question pour Jean-Michel Courty ça!”. Et c’est vrai. Jean-Michel Courty aurait été une personne parfaite pour répondre à cette question.

Mais grâce aux travaux des féministes, j’ai pris conscience du fait que je vais avoir plus tendance qu’un homme à me sentir non légitime pour répondre à une question de journaliste. Et quelque part, c’est vrai. J’ai obtenu l’agrégation de physique, j’ai un doctorat de physique, et en plus j’ai travaillé sur la transmission des sciences. Je devrais pouvoir répondre à la question de Samuel, 9 ans, au CE2. Et puis ça serait bien que ça soit UNE physicienNE qui réponde si on veut un peu faire bouger les représentations.

Merci la didactique

Une autre raison pour renvoyer la balle à quelqu’un d’autre, c’est que la force centrifuge, c’est compliqué. D’abord ça n’est pas une vraie force, et en plus je n’ai pas compris grand chose au sujet quand j’étais étudiante. Et c’est là que la didactique m’a aidée. En effet, ce qui me chagrinais, c’est que j’avais l’impression que je n’avais pas été au bout de ce que c’était comprendre la force centrifuge. Mais en fait, il y a plein de façon différente de comprendre un concept ou une équation (voir cet article par exemple). Et je devrais bien être capable de trouver un moyen de donner du sens à ce concept pour un enfant de 9 ans. Et puis j’ai aussi appris en didactique que les mots sont polysémiques. Oui le mot force de la vie de tous les jours n’a pas le même sens en physique. Mais ça ne veut pas dire qu’il y a un vrai sens et un faux sens, il y a juste une polysémie. Et puis, ce qui compte, c’est de poser une brique pour comprendre, pas d’embrouiller encore plus. Je ne parlerai donc pas de pseudoforce !

Merci la socio des sciences.

Donc grâce à la didactique et au féminisme, je réponds oui à Hélène Corbie, et je commence à préparer une réponse. Et là, je m’inquiète : mais est-ce que ce que je dis est totalement juste ? Est-ce que ce n’est pas un peu trop simple et donc faux ? Et là, je me souviens de mon cours de socio des sciences sur la vulgarisation : les vulgarisateurs cherchent toujours à parler autant à leurs pairs, qui connaissent déjà le sujet et qui ne vont rien apprendre, et à leur public. Alors que le but, c’est bien de répondre à Samuel. Alors, je me rassure, et je me remets à écrire quelques lignes de brouillon.

Et puis Hélène appelle, et on enregistre.

J’espère avoir bien fait. Je pense avoir bien fait. Et merci les sciences humaines de m’avoir aidé à prendre toutes ces mini décisions !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aude Caussarieu (21 avril 2021). Merci les sciences humaines ! Vous avez dit ... dactique? Des sciences. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://ditdactique.hypotheses.org/978


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search